Photography & sound documentary

Elle projette, cette mondialité, dans l’aventure sans précédent qu’il nous est donné à tous de vivre, et dans un monde qui pour la première fois, et si réellement et de manière tant immédiate, foudroyante, se conçoit à la fois multiple et un, et inextricable. Nécessité pour chacun de changer ses manières de concevoir, de vivre et de réagir, dans ce monde-là.

Edouard Glissant 

Développé avec Berta.me

  1. Marseille, 2011-2021.

    Les pierres blanches, immobiles et stables, d'autres cassées et salies. Des plantes affaiblies au bord du chemin ou couvrant le sol d'un tapis, atteignant les sommets. Un arbre perché sur un toit, dans un état incertain. Habiter un lieu, prendre place, qu'est-ce que cela veut dire ?

    Ce projet a commencé par une pratique de marches urbaines, un mouvement très présent à Marseille, ainsi que par une mission, un projet de concertation multidisciplinaire au Parc Bellevue a.k.a. le 143 Felix Pyat, dédiée aux aménagements des espaces communs et extérieurs. Ma pratique et ma réflexion se sont dès lors situées très organiquement dès 2011 dans la relation au paysage (à la limite de l'urbain et de la nature ou de quartiers abandonnés) et sur le fait d'amener à voir ce que l'on ne regarde pas(plus) en terme d'injustice sociale quand on n'y a pas accès. Par là, il m'est arrivé de questionner par l’image la non-évidence de la séparation entre nature et culture, de faire entrevoir des urgences communes.

    Cette série parle de Marseille qui, dans le cours de ce projet, fut gravement marquée par un effondrement de 3 immeubles dont un habité le 5 novembre 2018. Mais aussi, plus largement, de liens entre gestion humaine et gestion de la nature, du logement insalubre, des façons dont se gèrent les pollutions de l'urbanité moderne, d'une société qui poursuit une (re)construction urbaine, questionnant la place de vies humaines et naturelles...

    Cette série parle des formes de relations qui se sont instaurées au sein des écosystèmes, de la place prévue pour les êtres (fragiles) qui la composent, et par là même de certaines cartographies et frontières : elle parle dans l'ombre d'une cosmogonie et à la lumière d'une nouvelle qui se profile.

  2.