Développé avec Berta.me

  1. (Co)habiter le monde / le langage et la gestion d'aikos : Aikos signifie la maison en grec. Écologie et économie englobent la connaissance et gestion de notre habitat. Partant de cette idée que le corps est notre première maison, les communs sont des notions investies à partir de la pensée systèmique.

    Habiter un lieu de façon physique ou mentale, le rêver, le soigner, le créer à son image... Habiter nous demande de préciser la place et la relation pour tout être, nos valeurs et notre raison de vivre.

    La relation au paysage se crée dans ces espaces tissés à la fois de nos pratiques et de nos valeurs, ou connaissances. Les rivières portent l'histoire des terres et de ceux qui l'ont habitées. Les pierres et les plantes en sont aussi les témoins. Comment connaissons-nous ces voisin.e.s ? Comment pouvons-nous prendre en comptes les interrelations qui lient nos destins ? Que faisons-nous des paysages et que nous font les paysages ?

    ///
    In her work, Elize observes the modes of relationship between beings and ecosystems, the modes of organization.

    The double question of the relation to life and the place given to beings is linked to movement, impact, adaptation, transformations and changes.

    Living in the world is a central theme. Aikos means home. Ecology and economy encompass knowledge and management. The starting idea is that our first home is ourself. Drifting to the idea of commons these notions are invested from anthropology, systemic approach and experiences (walking, moving, projects).